L'affacturage inversé favorisé par la loi PACTE permet-il de lutter contre les délais de paiement ?

Les retards de paiement sont un mal purement français. Qui plus est, ils sont dangereux pour les petites entreprises (TPE/PME/ETI). En effet, chaque jour, 30 à 40 PME mettraient la clé sous la porte pour cause de retards de paiement. Afin de réduire ces délais de paiement, le gouvernement français a pris de nombreuses mesures comme notamment la publication des noms des mauvais payeurs dans la presse ou encore le fait de favoriser l’affacturage inversé. Retour sur ce procédé qui pourrait bien réduire les délais de paiement.

L’affacturage inversé, qu’est-ce que c’est ?

Le reverse factoring ou affacturage inversé en français est une solution de financement à court terme pour les entreprises proposant des biens ou des services. Différent de l’affacturage classique, le reverse factoring est décidé par le client et non par le fournisseur. Il propose à ces fournisseurs de financer ses créances à l’aide d’un organisme financeur moyennant un acompte. Celle-ci, souvent une banque, règle le fournisseur ou le sous-traitant 48h après l’émission de la facture et elle se fait rembourser à la date d’échéance de cette facture par le client. Les entreprises peuvent ainsi récupérer plus rapidement l’argent qui correspond à ce qu’elles ont vendu à leur client. Le contrat est donc tripartite entre le donneur d’ordre, le fournisseur et la société d’affacturage.

Quels sont ses avantages ?

L’affacturage inverse présente des attraits financiers bénéfiques à la fois au donneur d’ordre mais aussi au fournisseur et à la société de financement. Grâce à ce procédé, le client gère mieux ses dettes fournisseurs et améliore son fonds de roulement pour un coût généralement nul. Le fournisseur a pour sa part la garantie d’être payé au comptant après la livraison de sa marchandise et de son service. Il peut ainsi profiter de sa trésorerie grâce à ce paiement anticipé. Quant à l’organisme financeur, il réalise un profit sur son intervention dans le règlement.

Contrairement à l’affacturage classique qui comporte des risques, le reverse factoring peut ainsi bonifier les relations de confiance et de fidélité entre client et fournisseur. Le système instaure une sécurisation et une pérennité dans les échanges commerciaux en assouplissant les règles en matière de gestion de financement, de taux et de délai de paiement.

L’affacturage inversé favorisé par la prochaine loi PACTE

Tel qu’il est présenté dans la loi PACTE (plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises), l’affacturage inversé peut permettre au fournisseur de ne plus subir des retards de paiement à répétition. En effet, demandé par le client, l’entreprise peut ainsi voir sa capacité à emprunter être libérée au lieu d’être mobilisée par ses crédits de trésorerie.