EDF a été contraint de payer une amende de 1,8 millions d'euros pour factures impayées

La DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) continue d’épingler les mauvais payeurs. Au début du mois d’août, c’est EDF qui en a fait les frais. La société a été contrainte de s’acquitter d’une amende record de 1,8 millions d’euros pour plusieurs retards de paiement vis-à-vis de ses fournisseurs.

Une double peine à l’égard du mauvais payeur

Officiellement désigné comme mauvais payeur, EDF n’a pas réglé dans les délais fixés par la loi 13 416 factures sur 131 965, soit 10% de la totalité. En plus de l’amende record de 1,8 millions d’euros, qui est « proportionnée au montant de trésorerie immobilisée » par l’entreprise comme le précise la secrétaire d’État à l’Économie Agnès Pannier-Runacher, EDF va se voir retirer son label attribué en 2015 qui la désignait comme une entreprise ayant des « relations durables et équilibrées » avec ses partenaires.

Suite à l’enquête et à la sanction de la DGCCRF, EDF a déclaré qu’elle prenait acte de la décision et qu’elle « va continuer de renforcer ses procédures internes […] afin que les démarches permettant le règlement des factures dans les délais soient comprises et bien suivies ».  

Augmenter les amendes pour dissuader les mauvais payeurs

Plus que de toucher à la réputation des entreprises qui ne règlent pas dans les temps leurs factures, l’objectif est de les toucher plus fortement au portefeuille pour que le sujet des retards de paiement ne soit plus relayé au second rang, comme l’a précisé la secrétaire d’Etat.

En effet, depuis la loi de 2016 sur la transparence économique, les amendes pour retard de paiement ont vu leur montant augmenter considérablement, passant de 375 000 à 2 millions d’euros.

L’amende adressée à EDF s’approche dangereusement de se plafond fixé par la loi. Il ne reste plus qu’à espérer que ce triste record fasse réfléchir les mauvais payeurs et les poussent à payer leurs factures dans les temps.