créances impayées

Avant de rentrer dans le vif du sujet, il convient de définir ce qu’est exactement une créance. Pour faire simple, c’est une somme d’argent que doit percevoir une entreprise de la part d’un de ses clients. En 2017, d’après une enquête de l’ANCR (syndicat national des cabinets de recouvrement de créances et de renseignements commerciaux), les créances impayées ont représenté un manque à gagner de 56 milliards d’euros pour les entreprises et l’économie française en général. Retour sur la situation des créances impayées en France.

56 milliards d’euros de créances impayées en France

D’après le dernier rapport de l’ANCR, en 2017, les créances impayées françaises ont représenté un manque à investir de 56 milliards d’euros, soit environ 2% du PIB (Produit Intérieur Brut). Si les délais de paiement étaient respectés par les débiteurs, le syndicat estime qu’il serait possible de libérer 12 milliards d’euros par an de trésorerie, en imaginant que la loi soit strictement respectée.

Même si 90% des sommes sont recouvrées par voie amiable, c’est-à-dire par voie de conciliation, il faut savoir que plus d’une procédure sur quatre est causée par des problèmes d’impayés et de retards de paiement. Cependant la situation tend à s’améliorer. En effet, au deuxième trimestre 2017, la France comptait un total de paiements sans retard de 43,6%, ce qui est légèrement inférieur à la moyenne européenne qui se situe à 44,4%. De plus, entre le troisième trimestre 2015 et le troisième trimestre 2017, le nombre de jours de retard de paiement est passé de 13,2 à 11,2 jours, en France.

Pour compléter ce tableau, voici quelques chiffres sur le recouvrement des créances en France :

  • Moins d’un tiers des entreprises françaises paient leurs factures en temps et en heure ;
  • Si tous les débiteurs payaient en temps et en heure, les PME (Petites et Moyennes Entreprises) et ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire) recevraient 21 milliards d’euros ;
  • La chance, pour une entreprise, de récupérer sa créance trois mois après son échéance est de 75%. Ce chiffre dégringole à 20%, un an après l’échéance.

Quelles solutions peuvent être envisagées pour remédier à ce problème ?

Selon Thierry Gingembre, président de l’ANCR, la nouvelle procédure simplifiée de recouvrement des petites créances mise en place par la « loi Macron », actuellement réservée aux huissiers de justice, devrait être étendue à toutes les sociétés de recouvrement de créances et de renseignement commercial.

Si votre société fait aussi face à cette situation de créances impayées, Bon ou Mauvais Payeur vous donner l’opportunité de publier la facture impayée sur son site pour tenter de faire pression sur vos débiteurs et favoriser le recouvrement.